Enfant, adolescent ou même adulte, vous faites face à : 

  • une lenteur d'écriture,
  • un manque de lisibilité,
  • une fatigue, des douleurs aux doigts ou au bras,
  • une tenue du stylo inconfortable,
  • des cahiers mal tenus,
  • des difficultés à dérouler le geste graphique,
  • une latéralité indécise ?

ALORS LA GRAPHOTHÉRAPIE PEUT VOUS AIDER À RÉÉDUQUER CES TROUBLES DE L'ÉCRITURE !


MES PRESTATIONS ?

Bilan graphomoteur

Entretien avec les parents
Etude de l'écriture
Examen de la posture

Rédaction du bilan
Présentation du bilan et du plan de rééducation personnalisé

Séance graphothérapie

Rééducation individualisée

Prise en compte des troubles spécifiques, des parcours scolaire ou familial et de l'âge

Approche ludique

Séance de 1h

Aide aux devoirs

Apprendre à apprendre

Méthodes de mémorisation

Lire efficacement

Savoir se corriger

Organiser et restituer sa pensée

Séance de 1h


LA GRAPHOTHÉRAPIE ?

 

La graphothérapie n'a rien à voir avec la graphologie, hormis le fait qu'elles concernent toutes deux l'écriture. 

Elle avait à l’origine pour champ d'action la dysgraphie (troubles de l'écriture qui ont pour résultat l'illisibilité relative) et certains troubles du comportement chez les enfants. Elle consistait donc à rééduquer l’écriture afin de la rendre plus lisible et facile à réaliser. Aujourd'hui, on ne consulte plus le graphothérapeute uniquement parce qu'on a un problème d'écriture, mais aussi pour des troubles affectifs ou du comportement.

 

La formation de graphothérapeute inclut des techniques de relaxation, des notions sur les troubles des apprentissages (Dys*, TDAH, précocité, etc.) et la lecture des différents bilans (WISC), des notions anatomiques, des notions sur le développement de l'enfant, des notions de psychologie, et bien sûr, énormément d'observations et d'analyses d'écritures.

 

La rééducation que je vous propose permet de remédier à la souffrance face à l’écriture afin d'éviter la perte de confiance en soi pouvant mener à l’échec scolaire chez les enfants.

 

L’objectif est d’acquérir de l’aisance dans le geste graphique, d’améliorer la lisibilité, la vitesse mais surtout l’acceptation de sa propre écriture et pas nécessairement de rendre l'écriture "belle".

MES MÉTHODES ?

Exemple
Ecriture avant
Ecriture après

Ecriture, avant et après 8 séances, d'un petit garçon de 9 ans en CM1 qui présentait une lenteur d'écriture
et des lacunes dans la formation des lettres

Cliquez Ici

Les signes de difficultés à l’écrit peuvent cacher d’autres troubles associés tels qu'une dyslexie, un trouble visuospacial, etc. Il est fondamental de s’assurer que ces premiers signes ne sont que passagers, et qu'ils ne s’installeront pas, en effectuant des tests pour écarter toutes éventualités de dysfonctionnement.

 

Certains enfants précoces peuvent rencontrer des difficultés avec l’écriture du fait de leurs particularités de fonctionnement cognitif. Dans ce cas, il est important de distinguer rapidement la dysgraphie de la difficulté de relation à l’écrit. La dysgraphie atteint l’écriture dans son aisance, sa rapidité et sa lisibilité. Dans son manuel de psychiatrie de l’enfant, J. de Ajuriaguerra définit l'enfant dysgraphique comme "celui dont la qualité de l’écriture est déficiente alors qu’aucun déficit intellectuel ou neurologique important n’explique cette déficience".

 

Je préconise d’effectuer un bilan graphomoteur complet permettant de mettre en évidence l’origine de cette souffrance, de poser un diagnostic et de proposer une aide personnalisée en considérant l’enfant dans sa globalité :

  1. Entretien approfondi avec les parents afin de prendre en considération le contexte familial et scolaire pour déterminer le début des premières manifestations du trouble de l’écriture.
  2. Etude complète de l’écriture.
  3. Examen sur la posture de l’enfant et la tenue de l’instrument.
  4. Présentation du bilan et proposition, si nécessaire, d'un plan de remédiation personnalisé pour accompagner l’enfant dans sa progression.

Je propose également aux parents qui le souhaitent, d’intervenir auprès des équipes éducatives afin d’expliquer la problématique et proposer des mesures d’accompagnement afin de soulager l’enfant.